RESULTATS

CELA N'ARRIVE PAS QU'AUX AUTRES

 

         
  Alcool, arrêt, reprise, c'est le quotidien de beaucoup. Parler des conséquences n'est pas simple. Certains nient le fait qu'ils peuvent eux aussi être touchés par des maladies graves qui sont les conséquences de leur volonté de continuer à boire.    
       
 
         
PERSISTANCE Thomas suit l'association puis s'est  détaché du groupe. C'est son droit le plus légitime.
Inutilité des conseils puisqu'il continue à s'alcooliser et des troubles inquiétaient son entourage.

 

Que dire maintenant : Cela n'arrive pas qu'aux autres.

Son foie ne fonctionne plus et la cirrhose est déclarée. Son teint jaunâtre, son ventre énorme font peur.

Le spécialiste de l'hôpital pense à la greffe si le traitement médicamenteux améliore l'état physique.

Traitement lourd car entre les corticoïdes, diurétiques, la vitamine B9, médicaments pour les reins et pour sa pathologie déclarée, il se sent perdu.

Un seul espoir sera possible s'il ne touche plus à l'alcool, espérons car la greffe ne sera envisagée qu'à cette condition.

   
CAS SPECIAL          

Réduire mais ne pas envisager d'arrêter.

Robert lui n'a toujours pas voulu arrêter.

Il sort du traitement pour un cancer. Il est normalement sorti de cet ennui mais rajouter l'alcool  ne va pas simplifier la situation.

Maurice N'ayant pas voulu arrêter à temps est maintenant dialysé. Bien sûr, il ne boit plus et pourtant, s'il avait cessé la consommation deux ans avant il n'aurait pas eu à se soumettre à ces quatre hospitalisations hebdomadaires.

Des regrets maintenant : oui beaucoup.

Fabrice Cas très particulier et sévère. Cancer de l'œsophage en liaison bien sûr avec son alcoolisation.

Il ne boit plus mais ne remangera jamais normalement. Il sera alimenté par un tuyau  et de l'alimentation livrée en poche.

C'est le troisième cas où un arrêt aurait sans doute évité les suites dramatiques.

Pourquoi relater  ces trois cas (2018-2019) ?

 

Réfléchir à son cas addictif surtout lorsque l'entourage s'inquiète. Beaucoup trouve que les conséquences ne seront peut être pas là dans 10 ans mais quand cela vous arrive, il y a des regrets.

Lorsqu'il est encore temps, il vaudrait mieux faire le point.

Tarder et ce sera l'impossibilité de faire un pas en arrière.