OU SUIS JE DANS LA PYRAMIDE DE SKINNER OU QUEL CONSOMMATEUR SUIS JE ?

Tous les chiffres connus et publiés ne sont qu'un représentation fortement erronée de la situation. Enormément de cas d'alcoolisme restent en dehors des structures habituelles de soins.
Le Docteur F VABRET (CHU CAEN) annonçait en 2015, 8 millions d'alcooliques en France pour 600 000 personnes consultant les centres spécialisés.
Il est utile de rappeler qu'un verre est la base de tous les calculs.

Chaque verre consommé chez soi ou chez un ami, équivaut à plusieurs doses standard (1 dose = 0.2g/l de sang)
En exemple particulier : Un apéritif anisé "maison" est souvent l'équivalent de trois à quatre doses.
       

 

COMMENT SE PLACER DANS LA PYRAMIDE ?
Dépendants Ceux qui ne gèrent plus leur consommation et qui peuvent s'arrêter lorsqu'elle a commencé. Buveurs journaliers et en grande quantité. (plus de 3 verres/jour)
Consommateurs excessifs avec nocivité des conséquences Ce sont tous ceux ou celles qui boivent  régulièrement et toujours en excès. Cela peut être cyclique (tous les weekends) mais ne pas consommer est un effort énorme.
Consommateurs excessifs avec risques potentiels de passer à un usage nocif. Ce sont tous les utilisateurs dont la consommation hebdomadaire dépasse les 18 verres pour les hommes et 12 verres pour les femmes.
Non consommer plus de 10 jours ne doit pas être accompagné d'une gêne ou d'un regret.
Consommation modérée c'est à dire de façon occasionnelle et non régulière. Ce sont des consommateurs qui ne boivent que rarement. Les fêtards du jeudi et fin de semaine (fête hebdomadaire des étudiants dans le centre à Caen par exemple) n'en font pas partie mais appartiennent à la catégorie au dessus.
Aucune consommation Abstinent I ou II, cela comprend aussi tous les enfants en bas âge, nourrissons, etc.
         
Classification Derniers chiffres connus OBSERVATIONS PRAGMATIQUES Référence SKINNER
MALADE -DEPENDANT 5 % de la population totale.
Plus certainement.
Un verre suffit pour reprendre une consommation excessive. Seul traitement possible et connu  : l'arrêt total.
Toute reprise verra la consommation revenir au maximum, voire plus. La consommation n'est pas gérable. Consommer se fera toujours dans l'excès. La modération n'est pas possible et n'est même pas envisageable LA GRANDE DIFFICULTE EST D'ADMETTRE QUE L'ALCOOL DOIT ETRE OUBLIE.
CONSOMMATEUR TRES EXCESSIF DIT A PROBLEMES Continuer verra pour beaucoup, l'obtention du statut de malade-dépendant. L'appétence vis à vis de l'alcool est très marquée.
La consommation est régulière et son absence procure une gêne.
La consommation sera toujours excessive même si elle est faite dans la "convivialité".
SEUIL OMS DEPASSE
12 verres par semaine pour un homme ou pour une femme.
Une interruption est possible mais ne sera pas de longue durée. Des difficultés professionnelles sont présentes mais ne sont pas avouées (DENI) La vie familiale s'en ressent et peuvent aller jusqu'à la séparation.
A CE STADE , SEULE L'ABSTINENCE TOTALE SERA LA SOLUTION. DIFFICILE A ADMETTRE,  C'EST L'UNIQUE SOLUTION. IL NE FAUT PAS CROIRE AUX PILLULES MIRACULEUSES.
CONSOMMATEUR  DIT A RISQUES SEUIL OMS DEPASSE
12 verres par semaine pour un homme ou  pour une femme. (2018)
La consommation est régulière et pas forcément énorme. La régularité fait que l'habitude est prise et qu'il sera de plus en plus difficile de se séparer des boissons alcoolisées.
  Des difficultés professionnelles et/ou familiales apparaissent. Persister amènera au statut supérieur et enlèvera la possibilité d'un retour en arrière.
Un retour en arrière est encore possible sauf si l'on arrive à se situer au niveau supérieur et lorsque l'on basculera dans la catégorie supérieure.

CONSOMMATEUR OCCASIONNEL DIT SIMPLE

Personne consommant peu et de façon occasionnelle. Personne consommant peu et de façon occasionnelle. Consommation très en dessous du seuil de l'OMS.
L'attention particulière soit être faite sur une régularité qui s'installerait.

ABSTINENT

Dans le pourcentage, sont aussi compris les enfants en bas âge. (0 à 10 ans ) Alcoolodépendant sevré ayant choisi l'abstinence définitive. Personne n'ayant aucune appétence vis à vis de l'alcool.

CDA  =  CONSOMMATION DECLAREE D'ALCOOL (par le patient)

MALHEUREUSEMENT, LA VERITE EST SOUVENT MINIMISEE ET
L'ON NE PEUT SCIEMMENT CROIRE EN TOTALITE LES DIRES DE LA PERSONNE.