RESISTER AUX ENVIES DE BOIRE

Quelle que soit la durée de l'abstinence, il n'est pas rare d'avoir des pensées ou des envies de reboire à nouveau mais de façon modérée.   Ici, les avis divergent et beaucoup avancent leurs expériences remplies de maitrise, gestion et surtout oublient de tout dire (très souvent)  
       
Les excuses, alibis ou autres font légion et il faut réussir à faire la part des choses. Le groupe de parole à Caen, ce mardi 8 octobre 2019, a pris ce thème de réflexion.
         
         
Les axes sont affichés d'entrée. Que faire en cas d'envies ? Avez vous eu ce genre d'idées et qu'avez vous fait ? Quels conseils ou quels avis pouvez vous indiquer ? Notes diverses
         
Ce qui est à retenir pour les arrivants :        
Lorsque l'on est dans la phase d'arrêt, de suite de cure ou de toute stratégie de résolution de problème d'alcool, la première année set une période difficile. il faut aussi répéter que, pour règler ce problème, une année de non consommation est une règle établie et ceci par pragmatisme et cette mesure est validée par ceux qui œuvrent dans le traitement en alcoologie (minimiser cette durée est certainement la meilleure preuve de méconnaissance).

Le suivi est un ensemble qui ne doit pas être dissocié : médecin alcoologue et association.

Ne pas rester seul à ressasser toujours les ^mêmes angoisses, parfois morbides.

En cas d'envie importante :

  • Appeler
  • Boire un verre d'eau
  • Sortir

 

Malgré des entorses au contrat, j'ai maintenu le cap et continué la thérapie.

L'idée de boire n'est pas subite, elle a germé dans la tête depuis des semaines. En gros, la rechute est programmée.

J'ai eu l'idée, j'ai senti le danger et je suis sorti de mon domicile. L'envie est partie doucement et je n'ai pas reconsommé.

  L'envie de boire, le mal être de ne pas le faire est une conséquence du choix fait : reprendre en modérant.

Se ré alcooliser est un choix irréfléchi. On a oublié les conséquences que cela va entrainer.

Je pense que la bonne thérapie est celle qui consiste à retirer l'alcool de sa vie. Ne plus être tenté tous les jours est une grande liberté et surtout une meilleure vie.

Se ré alcooliser apporte quoi ?

L'équilibre est assez instable et repasser du mauvais côté est très facile.

Prendre des médicaments de manière extrême n'est pas la solution. En utiliser d'autres pour pouvoir reprendre quelques verres n'est pas non plus une solution sérieuse. Il y aura, dans le temps, une évolution négative voire une dépendance au dit médicament (déjà constaté de mainte et mainte fois)

Faire le bilan :

Ce que j'ai gagné et ce que je vais perdre.

 

Surtout, éviter d'avoir de l'alcool à sa disposition

 

Quelques conseils pour contrôler les envies.   Face à cette difficulté, vous pouvez essayer de reprendre le contrôle en appliquant ces règles.
  1. Passer en revue vos habitudes et modifiez celles qui vous incitent à boire de l’alcool.
  2. Privilégier les activités où vous n’allez pas être tenté de boire.
  3. Eviter la solitude subie.
  4. N’oubliez pas de boire régulièrement de l’eau et surtout de manger pendant vos soirées.
  5. Parlez à quelqu’un de confiance qui peut vous soutenir dans votre intention de modifier votre consommation d’alcool.
   
      

En s'adressant notamment à des professionnels ou à des groupes de soutien ou d’entraide, vous obtiendrez une aide sans jugement sur votre situation.