GUERIR DE L'ALCOOL : LA THERAPIE COMPLETE (1)            Retour à Caen

Cette guérison est obtenue généralement de diverses manières  et croire qu'un traitement standard réussira est une utopie grossière montrant la méconnaissance du problème.

Chacun a eu un parcours différent devant cette addiction et seule, la prise en charge prenant en compte ce parcours pourra réussir. Il en est la preuve des nombreuses reconsommations enregistrées pendant la première puis la seconde d'année de l'abstinence. Les statistiques tenues montrent les limites des thérapies incomplètes mises en place.

Des étapes de soins sont pourtant bien connues et doivent systématiquement être maintenues si l'on veut arriver à la réussite (même s'il arrive que l'on connaisse  parfois l'échec).

La représentation dans la pyramide de Skinner est très significative. La seule inconnue sont les limites des catégories. Personne, actuellement, n'est capable de les donner. On peut émettre des idées mais sans grande certitude. Les défenseurs de la consommation modérée pour tous (quand l'est-elle ? et pour qui ?) avancent des théories qui n'ont pour mérite que de fausser les statistiques et de rendre tel ou tel traitement plus efficace.

Il est plus facile de regrouper grossièrement les catégories relevées par Skinner :
  1. Les dépendants et les consommateurs à problèmes.
  2. Les consommateurs à risques et les consommateurs simples.
  3. Les abstinents.

Il est important de dire et ceci sans détours qu'un dépendant ne pourra revenir consommateur simple sans retrouver  les mêmes problèmes.

A quelle catégorie appartient on ? C'est très difficile de le savoir sauf pour la personne concernée et encore il lui faut éviter le déni. Les alcoologues sont incapables de préciser les limites de ces tranches.

TOUT CE QUE L'ON SAIT ET QUI EST INDENIABLE..

          LORSQUE L'ON EST DEPENDANT, LE SEUL REMEDE EST               l'ABSTINENCE TOTALE ET DEFINITIVE

Programme Thérapeutique complet

LES ETAPES

Une prise en charge médicale par des spécialistes

Une cure ambulatoire
ou hospitalière accompagnée

Un groupe de paroles associatif de préférence qui aidera à pérenniser.
Les objectifs doivent être correctement définis :
  • Accepter la maladie
  • Etre motivé pour le soin et adhérer à celui-ci. (La contrainte est source de l'échec assuré).
  • Travailler sur la restauration de l’estime de soi et de ses capacités.
  • Travailler autour du renoncement à la consommation d'alcool et de l’acceptation du changement.
  • Travailler  sur le maintien de son abstinence.
Une prise en charge globale et individuelle. Chaque démarche doit être adaptée à la personne rencontrée, son vécu, sa ou ses problématiques, ses ressources, ses souhaits et surtout sa motivation à changer une réalité souvent douloureuse.
  • Reconstituer et accepter sa propre histoire pour retrouver son identité et donner un autre sens à sa vie
  • Impulser la réinsertion socioprofessionnelle
  • Préparer le retour à domicile
  •  …une démarche centrée sur le patient, où le patient est acteur du soin.
Maintenir l'abstinence en se reconstruisant et en étant patient.
Reconstruire se fait avec du temps et quelquefois c'est très long (fonction du vécu généralement)
Un travail d’accompagnement thérapeutique au quotidien doit être mis en place et il sera nécessaire de changer d'attitude et d'occupations afin d'éviter de retomber dans ses travers.
L’Education Thérapeutique du Patient  complète la stratégie de soin. 
  • Maintenir la motivation de la personne.
  • Trouver ou retrouver des compétences afin de favoriser les changements d’habitude de vie.
  • Prévenir les risques de rechute et leurs conséquences.
  • Poursuivre la réflexion personnelle.
  • Favoriser la remise en activité. Motiver la personne à prendre une occupation dans le cas où il y a pas une activité professionnelle.
  • Réapprentissage des règles de vie sociale si nécessaire.

NE JAMAIS OUBLIER QUE LA CONTRAINTE N'APPORTE RIEN. IL FAUT ABSOLUMENT RETROUVER LE GOÛT DU PLAISIR.