CONSEILS DONNES AVANT LA RECHUTE

  Est-il utile de redonner certains  conseils avant de passer ces fêtes de fin d'année. Nous les redonnons ici. Ce sera une répétition mais qui nous semble indispensable.

DES SOLUTIONS POSSIBLES

 
  REPRENDRE UNE CONSOMMATION ARRETEE DEPUIS UN TEMPS NON NEGLIGEABLE, DEVIENDRA UNE GALERE DANS LAQUELLE CERTAINS AURONT DU MAL A SE SORTIR.

L'addiction est une maladie chronique :
une personne dépendante à l'alcool ne peut pas contrôler sa consommation d'alcool quine peut, dans le temps, qu'augmenter.
     
      Etre honnête et ouvert :
dissimuler ses émotions et se trouver des excuses empêche le rétablissement. Faire confiance au spécialiste est un gage de réussite.
Eliminer le déni :
le déni est centré sur les effets et sensations positives immédiates ressentis après la consommation d'alcool mais ignore l'impact négatif à long terme.
     
      Rester vigilant, reconnaître les envies de consommation et apprendre à les traverser sans reconsommer.
L'humeur négative peut être vaincue :
faire face aux sentiments de culpabilité, de honte, de colère, de frustration, d'apitoiement sur leur propre sort, d'anxiété, de dépression est une attitude positive. Mal vécus, ces sentiments sont de puissants déclencheurs de rechute.
   
      Retrouver l'estime de soi :
il est possible de se sentir bien dans sa peau sans consommer d'alcool
, encore faut-il connaitre une période de non consommation.
Eviter de s'isoler :
chacun doit comprendre qu'il est risqué de rester tout seul et qu'il est important de participer à un groupe de parole en y participant soit activement soit en position d'écoute attentive. Certains, malheureusement, pensent à autre chose et l'inattention aura plutôt des effets négatifs.
   
      Eviter les situations risquées :
Etre conscient des endroits, des personnes et des situations qui favorisent la consommation d'alcool est une preuve de réflexion qui ne peut qu'être bénéfique.
 Boire chez soi seul est un danger. (Rentrer précipitamment tous les jours est un signe de volonté de reconsommer.)
Se renseigner sur la dépendance croisée :
le déclencheur initial de la rechute est souvent un médicament prescrit qui est considéré « sans risque » (car il est légal). Les calmants, les analgésiques et les somnifères peuvent réenclencher le processus d'addiction. (avoir besoin d'un médicament pour ne pas boire est peut être l'alibi : je fais tout mais cela ne marche pas)
   
      Apprendre comment maintenir l'abstinence à long terme : atteindre l'abstinence est un but mais pas une finalité. Cette dernière doit être la pérennité de l'abstinence. Le problème est identique après la consommation de certaines drogues (comme par exemple les benzodiazépines). C'est un processus qui sera éliminé avec un temps assez long et ce sera aussi difficile. Le cerveau peut en ressentir le besoin jusqu'à un an après l'arrêt de la consommation, avant de retrouver son équilibre normal. 

 

 

     

Droit de reproduction : copyleft